Le yoga aux aînés : un chemin vers la sérénité et la joie

Extrait de la conférence donnée le 17 octobre 2015 au colloque de la Fédération Francophone de yoga.

 

VIEILLIR FAIT PARTIE DES 4 RÉALITÉS DE LA VIE : naissance, maladie, vieillesse et mort. C’est donc une réalité incontournable, mais notez-le, distincte de la maladie.

Le yoga s’adapte à la personne quel que soit son âge pour l’aider à évoluer de la raideur à la souplesse… de la sécheresse à l’onctuosité… de la précipitation à la lenteur… de la rugosité à la douceur. Avec la pratique, elle acquiert une nouvelle aisance dans son corps et dans sa tête et un nouvel espace en dedans.

Extraits de la formation yoga aux aînés voici quelques indications qui pourront vous rendre service, à vous ou à votre entourage, mais surtout, elles vous montreront à quel point le yoga est une aide fantastique pour contrer les effets du vieillissement.

Je vais également vous communiquer ce que l’ayurvéda apporte au yoga en termes de  régénération, de rajeunissement, de longévité (ce qui constitue traditionnellement une branche de l’ayurvéda), que le yoga met à notre portée grâce à des techniques qui vous permettront, dès maintenant de vous préparer à vieillir en santé et d’y développer vitalité, joie et sérénité.

Un chemin qui m’a été inspiré par l’expérience et qui me fait dire en souriant…  

LA VIEILLESSE… JE NE CONNAIS PAS !

Je vous confie qu’aux alentours de 40-45 ans, une pensée s’est imposée à moi «  je ne vais plus vieillir ». Quelle partie de moi s’exprimait et que signifiait-elle ? Le pourquoi, le comment ? Je ne savais pas. Et je n’y ai plus pensé.

Je fais face depuis quelques années à des signes de vieillissement évidents, que je juge normaux, car que ce soit clair entre nous : le vieillissement est pour moi quelque chose de naturel, c’est comme enfanter, ce n’est pas une maladie. C’est une question d’attitude face à la vie. Je ne me ressens pas vieille. Ce ressenti prend sa source dans mon cœur et dans ma tête. Ce que vous retrouverez un peu plus loin dans mon propos.

Concrètement, quand un signe apparaît, j’observe, je réfléchis, je m’informe et je discerne ce qu’il me faut accepter de ce qui doit être pris en compte. Je consulte Dr Yoga. Ainsi, à titre d’exemples, les premiers signes… cheveux blancs, rides sont apparus vers 30 ans. Je les acceptais. Notez cependant que les postures inversées sont excellentes pour les retarder.

Beaucoup plus tard, je n’ai pas très bien accueilli le mal aux plantes de pieds en marchant, très douloureux. Mais là heureusement SOS yoga a fonctionné avec la posture de Tadasana où l’on monte sur le bout des pieds, dans un mouvement synchronisé avec la respiration, et une pause en rétention à la fin de l’inspiration. Excellent pour renforcer la voûte plantaire. La douleur ne fut donc que de courte durée.

Un autre signe également désagréable : l’arthrose. Au niveau des articulations, ça commence par le cou et ça gagne progressivement les autres articulations. Mais nous avons une pratique en yoga pour gérer l’arthrose qui s’appelle les pawanmuktasanas. Effectués avec précautions c’est-à-dire répétés suffisamment pour activer la circulation au niveau de l’articulation, mais pas trop (car il y a un risque d’irritation donc d’aggravation possible : l’inflammation), l’état des articulations atteintes est grandement amélioré.

Le plus terrible et le plus récent, pour lequel j’ai pris le « taureau par les cornes » : la fonte musculaire… à partir de 70 ans, net. J’ai besoin de mon corps pour bouger, faire mes pratiques, enseigner, je veux sauvegarder force, mobilité, souplesse. Je suis allée rechercher par une pratique plus intense de tenue de posture la masse musculaire (notez que c’est aussi une protection contre l’ostéoporose car cela procure plus de densité osseuse) en y ajoutant  une alimentation plus riche en protéines.

En fait, l’apparition de ces signes dépend de facteurs tels que : hérédité, hygiène de vie etc. Ce dernier point est essentiel. Il inclut nourriture, habitudes, attitude, comportement, indications  précisées dans Yama et Niyama en yoga ET qui est abordé plus en détail en Ayurvéda.

Pour faire court : sachez que le vieillissement se manifeste principalement  par  un ralentissement de toutes les fonctions et surtout par une diminution de la capacité d’adaptation.

Deux choses essentielles sont à retenir pour contrer cela par la pratique du yoga :

  • la première consiste à développer l’énergie et l’entretenir avec toutes les postures debout, ainsi que pranayama, mudra, bandha et kriyas pour faire circuler et orienter cette énergie à différents niveaux.
  • la seconde demande de renforcer la capacité d’adaptation, et comprend la pratique des flexions vers l’avant et les postures d’équilibre.

Le-yoga-aux-aines-grand-format

N.B. Nous avons pu ici, lors du colloque,  regarder des aînés dans leur pratique sur chaise. Attendrissant, touchant ! Nous avons observé le bonheur, la paix et la joie. C’est cela qui motive un professeur de yoga à enseigner le yoga aux aînés. Merci à Raphaël pour la photo prise dans un de ses cours!

LISEZ CETTE HISTOIRE. Elle fait réfléchir !

La jeunesse n’est pas une période de la vie,
Elle est un état d’esprit, un effort de volonté,
Une qualité de l’imagination, une intensité émotive,
Une victoire du courage sur la timidité,
Du goût de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux
Pour avoir vécu un certain nombre d’années,
On devient vieux pour avoir déserté son idéal.
Les années rident la peau, renoncer à son idéal ride l’âme.
Les préoccupations, les doutes, les craintes et les désespoirs
Sont les ennemis qui lentement nous font pencher vers la terre,
Et devenir poussière devant la mort.

Jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.
Il demande comme l’enfant insatiable : et après ?
Il défie les événements et trouve de la joie au jeu de la vie.
Vous êtes aussi jeune que votre foi. Aussi vieux que vos doutes.
Aussi jeune que votre confiance en vous-même,
Aussi jeune que votre espoir,
Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.
Réceptif à ce qui est beau, bon, et grand.
Réceptif aux messages de la nature, de l’homme et de l’infini.
Si un jour votre cœur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme
Puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard.

(Général Mc Arthur 1945)

 Un message qui nous ramène à nous et en nous. Quel que soit notre âge. Car ce n’est pas une question d’âge. Ce n’est pas à 60 ans et de façon soudaine que ça se passe.

LA VIEILLESSE …… C’EST ENTRE LES DEUX OREILLES

Tout ce que nous avons entretenu durant des années, qui n’a pas laissé de place à ce qui vient d’être énuméré, les pollutions mentales avec des retombées sur le plan de l’attitude et du comportement et leurs conséquences sur la santé et la vitalité.

Le cheminement vers la connaissance de soi, le but du yoga, demande de diriger notre attention vers l’intérieur. C’est toute une révolution certes mais elle se fait tranquillement : de la réalité de notre corps physique à une vision de la vie en tant qu’énergie, lumière et conscience.

C’est un cheminement que nous pouvons réaliser en laissant le mental décider lui-même de déverser tout ce qui l’encombre et nous tient éloigné de qui nous sommes, pour rejoindre à son rythme … lumière …conscience.

N.B : Nous avons ici pratiqué chidakasha dharana. Précaution : la pratiquer selon une progression douce de quelques secondes au début à plus…en fonction de votre propre expérience. Si un remue-ménage apparaît, diminuez ou arrêtez quelques temps !

 Comme promis, je vous la décris :

Elle consiste à s’installer en position assise, à fermer les yeux, vous devez être confortable et ne pas avoir à bouger pendant la pratique. Vous êtes conscients de votre corps, plus vous en serez conscients mieux vous stabiliserez votre mental. Faites voyager votre conscience dans les différentes parties de votre corps et approfondissez votre détente. Approfondissez votre détente jusqu’à ressentir l’immobilité s’installer. Kaya Sthairyam. Puis, dirigez votre attention vers l’espace derrière le front, derrière les paupières fermées. Détendez-vous, observez, soyez témoin de ce qui peut apparaître, images, couleurs ou autre. N’interprétez pas, n’analysez pas ce que vous voyez. Approfondissez votre vision. Si vous ne voyez rien, ne soyez pas inquiets, continuez votre pratique. Ne vous attendez à rien, soyez seulement attentifs, observez. Si vous voyez des choses, restez-en témoin et laissez-les disparaître comme un film. N’anticipez pas allez doucement dans les profondeurs de votre être. Observez…

Revenez lentement à votre conscience corporelle et détendez-vous, la pratique est terminée mais il est essentiel de relaxer maintenant pour laisser les effets de la technique prendre place.

Je vous propose un nouveau concept grâce au yoga à la lumière de l’ayurvéda :

VIEILLIR AVEC BONHEUR

Un concept qui consiste à se préparer dès maintenant pour une vieillesse heureuse, épanouie et sereine. Deux axes en constituent la base. Ces axes sont issus de l’ayurvéda qui les enseigne en tant que principes thérapeutiques : réduire donc éliminer (Langhana) et tonifier (Brimhana).

  • Éliminer : physiquement autant avec des postures dynamiques, qu’avec des postures statiques de toutes les familles où vous utiliserez le feu de la respiration pour brûler les déchets. Mentalement Vous allez diminuer ce qui pollue votre mental par pranayama comme kapalbhati ou bhramari. Ou par chidakasha dharana.
  • Tonifier car plus les tissus sont forts plus ils sont vitaux et contrent le vieillissement. Ce renforcement prend place avec la tenue des postures accompagnée de respirations profondes, de concentration, de confort, de plaisir.

PAR AILLEURS : Plus vous respecterez votre corps tout au long de votre vie, plus vous vous adapterez, mieux vous le retrouverez …à l’âge des premiers signes.

N’oubliez pas les deux premières étapes du Raja-Yoga, Yama et Niyama – discipline observance. Respectez à la fois la discipline qui vous permet de progresser mais n’oubliez pas que c’est nirodha, l’état de  calme, de paix et une énergie douce, qui favorise guérison et revitalisation. N’hésitez pas à entrer dans la fluidité et le confort.

LE YOGA : UN ÉLIXIR DE LONGUE VIE

Relativement à la longévité…entendons-nous sur le fait qu’une usure continuelle prend place avec le temps au niveau physique et conduit au vieillissement. Pour développer la longévité et contrer cela il faut agir à deux niveaux : au niveau physique et à un niveau plus subtil.

AU NIVEAU PHYSIQUE

Le yoga enseigne que la santé et la longévité dépendent de la souplesse du corps, de sa flexibilité, plus particulièrement de celle de la colonne vertébrale, qui favorise la circulation de l’énergie, laquelle sera distribuée vers les organes, les systèmes et les sens. Détaillons ces actions :

Assouplir

Pour cela développez la fluidité des mouvements dans les vinyasas ainsi que dans les prises et retour de posture. L’étirement dans les postures permet d’y accéder. Cela se fait naturellement mais plus, avec lenteur et douceur. Le mental et la respiration doivent remplir chaque posture de conscience.

Développer la flexibilité de la colonne vertébrale

On parle beaucoup d’alignement et c’est effectivement essentiel. Il ne faut cependant pas oublier de veiller à la flexibilité de la colonne vertébrale en même temps que son renforcement. Cela implique un travail spécifique sur les épaules et le bassin, des mouvements dans toutes les directions, des précautions aussi car certaines parties de la colonne sont plus fragiles.

Favoriser la circulation de prana dans les nadis

Autant dans les 72 000 nadis que les quatorze principaux, veillez à une pratique régulière et insistez sur ida, pingala qui ouvrent sur sushumna le canal central qui traverse les chakras. Toutes les techniques énergétiques de Pranayama, mudras, bandhas, yoga-nidra, prana-vidya et kriyas y  travaillent dans une progression efficace qui doit être respectée.

AU NIVEAU SUBTIL

L’Ayurvéda ajoute une dimension plus approfondie et plus subtile, ce sont les essences vitales : la force vitale première (Prana), le rayonnement de la vitalité intérieure (Tejas) et la vigueur première (Ojas).

Les pratiques de yoga développent ces trois forces, ces trois essences, qui sont à l’origine d’un corps sain, en favorisant le renouvellement et la transformation. Veillez à diversifier vos pratiques pour cela : un petit peu de tout dans une organisation progressive et réfléchie.

Voici quelques repères qui vont vous permettre de vous situer :

  • La force vitale première procure l’enthousiasme, la motivation.
  • Le rayonnement de la vitalité intérieure, procure le courage, l’intrépidité et un mental pénétrant.
  • La vigueur première, procure la paix, la confiance et la patience.

Comme vous le voyez la régénération sur le plan subtil est le fondement du rajeunissement. Tous les déséquilibres qui provoquent une dégénérescence prennent leur source tantôt dans le physique, tantôt dans le mental. Donc :

  • Soignez votre hygiène de vie
  • Pacifiez votre mental. Un esprit calme et méditatif aide à développer la longévité.

L’ayurvéda préconise pour cela d’apprendre à être « témoin » des activités mentales, des pensées, émotions (ce que nous avons pratiqué tout à l’heure avec Chidakasha Dharana), et de rester détaché de l’expérience correspondante.

Le yoga enseigne que le mental se régénère dans le silence. La pensée védique enseigne qu’Agni (le feu) et Soma (L’eau) se rencontrent dans le cœur, conscience et délice. Tout est dans le cœur. Tous les chakras y sont présents. L’univers entier, tous les mondes et plans d’expériences y sont contenus, le temps, l’espace ainsi que tout ce qui est au-delà de la manifestation. C’est aussi le lieu où résident l’âme et notre parcelle de Divinité.

Ainsi la méditation devrait-elle cultiver en permanence Agni et Soma dans le cœur pour approfondir la perception qui conduit à la connaissance de soi, à la paix profonde et à la joie.

POUR VOTRE INFORMATION :

  • Cultiver Agni consiste à développer la flamme de la conscience, la concentration, la perception, le discernement pour accroître la puissance du mental, mieux percevoir, et transformer.
  • Cultiver Soma signifie développer la dévotion, la réceptivité, l’amour et l’abandon pour faire grandir le pouvoir de ressentir, de s’immerger, de faire un avec le tout.

Techniquement parlant cela ressemble à une consécration de cette unité dans le cœur à partir de Pratyahara : tous les sens sont dirigés pour être intégrés dans la perception du soi dans le cœur.

ENFIN, le mantra vient compléter par la répétition du son sacré qui nous ouvre l’accès à la méditation et à des états supérieurs de conscience.

Le Maha Mrityunjaya Mantra est le mantra de longévité recommandé. Extrait du Rig Veda, c’est un mantra guérissant, nourrissant. Il envoie ses vagues du corps à la psyché, et de la psyché à l’âme.

PRATIQUE CORRESPONDANTE RECOMMANDÉE :

«  En position assise le dos droit, les mains sur les cuisses. Prenez conscience de votre respiration. Observez son mouvement sans intervenir. Pause. Observez les sensations au niveau des narines…de la gorge. Pause.

Fermez les yeux et écoutez les sons, les bruits, qui vous entourent. L’un après l’autre. Pause. Puis tous ensemble. Pause. Concentrez-vous quelques instants sur votre respiration : ressentez et observez son mouvement et son rythme sans intervenir. Pause.

Pratyhara : Ressentez les petits contacts de votre corps. ..Puis quel goût avez-vous dans la bouche ? … Quelle odeur habite votre nez ? … Identifiez les sons à l’intérieur de votre corps. Le plus évident est celui du souffle. Pause. Écoutez les sons au fond de  vos oreilles. Ce sont des sons de circulation. Un léger sifflement. Pause.

Faites en sorte pour terminer de percevoir votre corps avec tous les sens en même temps. Pause. Ressentez votre souffle au niveau des narines puis frôler la lèvre supérieure, ressentez en même temps le mouvement de l’abdomen. Détendez-vous profondément. Sachez que votre feu intérieur Agni lié à l’attention soutenue, tournée vers l’intérieur, peut rassembler une grande force, et générer une renaissance au niveau de  votre âme.

Vous allez maintenant éveiller le troisième œil qui permet de percevoir la lumière à l’intérieur et derrière toute création. Pour la découvrir, placez votre attention derrière vos yeux clos et observez, soyez témoin des pensées et images qui défilent en gardant toujours une présence à votre respiration et au mouvement de votre abdomen. Laissez aller chaque pensée qui arrive, chaque image, laissez se dissiper les voiles qui cachent la lumière.

Vous vous en approcherez chaque fois que vous pratiquerez et à condition de le faire régulièrement.

CAR…

Quand la puissance du verbe est intériorisée dans le silence, vous pouvez créer un feu du silence qui purifie le mental.

Quand vous orientez votre mental  vers l’intérieur, vous pouvez découvrir la nature de la conscience au-delà de la pensée et de l’imagination.

Descendez votre conscience dans l’espace du cœur. Pas celui du cœur-organe mais l’espace du cœur entre la base du cou et la poitrine et au milieu. Concentrez-vous dans cet espace. Visualisez l’union Agni et Soma qui se manifeste par un point lumineux, brillant, scintillant, et qui vous éclabousse de lumière : c’est votre parcelle de Divinité. Imprégnez-vous de sa lumière.

Quand vous êtes dans le soi au-dedans de vous, vous pouvez découvrir le Soi au-delà des doutes. Et c’est là que réside la jeunesse éternelle…Pause.  Chantez dans ce lieu le Maha Mrityunjaya.

Om Tryambakam yajamahe

Sugandhim pushti vardhanam

Urvarukamiva bandhanan

Mrityor mukshiya mamritat

PUIS….Retournez très tranquillement à un état de conscience extérieur en vous mettant à l’écoute de l’environnement et en bougeant lentement votre corps comme au réveil le matin.

Longue vie à vous dans la joie et la sérénité.

Swami Madhurananda

Fédération Francophone de Yoga

Le Yoga à la lumière de l'Ayurveda. © Tous droits réservés 2018