Invitation à méditer dans la posture

Méditer dans la posture

Le feu de la transformation
Invitation à méditer dans la posture

J’ouvre ce dernier chapitre sur le thème du Feu de la transformation, Agni, afin de considérer son action dans asana et aborder l’art de méditer dans la posture, comme l’indiquent les Yoga Sutras de Patanjali « soyez stables et confortables, détendez-vous en vous abandonnant dans l’infini ». Un art que nous pouvons finalement prolonger dans chaque instant du quotidien. Le but.

La réalisation de soi, du Soi, demande de se détacher de toutes les techniques, après les avoir sérieusement pratiquées, pour entrer dans cet état méditatif permanent, un état de conscience qui éclaire les situations du quotidien.

Cet état se développe à travers nos différents corps, dans un mouvement d’expansion du prana, pour se concentrer et intégrer finalement la cellule, là où s’effectue la transformation.

En premier lieu, l’Ayurveda nous incite à observer notre attitude avant d’aborder asana. Ce qui fera que nous constaterons de nouveaux effets bénéfiques. Cela consiste à prendre conscience de notre état, de ce qui nous habite dans l’instant, physiquement et mentalement. Préparer le terrain en quelque sorte. Observer ce qui se joue au niveau de notre Prakritti : agitation, calme, lourdeur, et travailler à un équilibre mental pour fertiliser et permettre à notre intention de s’y concrétiser. S’installer dans sattva, s’inspirer là encore des Yoga Sutras. Pour cela rien de mieux qu’une ou deux phases bien choisies de yoga-nidra.

Pour envisager l’approfondissement de notre pratique, peut-être faudra-t-il oublier tout ce que nous avons fait précédemment. Cela me rappelle ma formation BKS IYENGAR avec Noëlle Pérez au début des années 1970 : quand je réussissais enfin une posture, elle me demandait de reprendre à 0. Excellent pour l’égo. Je vous le recommande tout de même pour une autre raison : chaque façon de faire nous permet d’aller au cœur de l’asana, d’en explorer les différentes facettes. J’en profite pour répéter Pardonnez-moi !) cette citation de BKS Iyengar, qui s’intègre admirablement à tout ce qui suit :

« L’asana est une offrande sacrée. »

« Vous devez faire l’asana avec votre âme. »

« C’est le Prana qui enflamme le combustible de la volonté et permet à l’éveil de se propager et de passer dans tous nos systèmes. »

« Prana, c’est le véhicule de l’éveil. »          BKS Iyengar 

L’écueil : il faut éviter que le corps prenne automatiquement la posture qu’il connaît. Pour cela, réinventer notre manière de l’aborder. Il s’agit d’imaginer la posture puis entrer dans sa forme comme lorsqu’on enfile un « vêtement » en prenant soin de nous étirer pour maintenir la posture sans effort. Peut-être les muscles vont-ils se relâcher légèrement au bout de quelques secondes et la sensation mémorisée de l’étirement sera moins intense, mais vous serez à l’aise, asana. C’est à ce moment que vous engagerez le souffle et prana la conscience. Un léger ujjayi suivi depuis les narines vous guidera. A chaque inspiration vous aurez à vérifier votre enracinement et votre alignement, à développer la conscience de votre dos, des côtés et de l’avant de votre corps. A chaque expiration vous évaluerez l’étirement de votre posture – un juste équilibre entre étirée mais pas trop. Là encore vous ne faites pas, vous laissez être, vous laissez le souffle remplir et épouser la forme et vous la révéler, tranquillement. A ce stade votre posture est perçue de l’intérieur, avec le mouvement du souffle et son rythme qui l’habitent, vous percevez l’espace – l’infiniment grand- et découvrez la création perpétuelle de la vie au niveau de la cellule – l’infiniment petit – qui accueille prana. C’est le miracle renouvelé de votre naissance et du premier souffle.

À ce stade votre posture est perçue de l’intérieur, avec le mouvement du souffle et son rythme qui l’habitent, vous percevez l’espace – l’infiniment grand- et découvrez la création perpétuelle de la vie au niveau de la cellule – l’infiniment petit – qui accueille prana. C’est le miracle renouvelé de votre naissance et du premier souffle.

En même temps et à chaque instant souvenez-vous de prendre plaisir dans la posture et de faire du temps qui passe un ami, un allié et oublier tout ce qui pourrait revenir vous accaparer.

Avec l’expérience vous pourrez observer, lors de l’inspiration consciente, que vous ressentez plus intensément ce qui se passe autour de vous et, avec le temps, vous pourrez vous ouvrir aux forces de vie et les accueillir. Vous apprendrez à respecter ce cadeau de vie en travaillant en communion avec l’Univers. Lors de l’expiration vous ressentirez intensément que vous faites partie du grand tout, en unité avec l’univers entier.

En conclusion, reconnaissons que pour apprendre une posture, cela prend du temps mais cela prend plus de temps encore au corps de l’intégrer pour y être en harmonie avec nous-même et avec l’univers, et y vivre le but ultime dans notre structure physique. Si vous vous lancez dans cette expérience vous verrez qu’au bout d’environ un mois ou deux votre conscience sera plus vive et votre équilibre plus stable. Un changement extraordinaire vous attend !

Paru dans la Chronique n°29 de mars 2021 de la Fédération Francophone de Yoga

Francine Cauchy

Francine Cauchy

Formatrice de professeur de yoga pour enfants, pour aînés et de Yoga Ayurveda, Francine Cauchy enseigne le yoga depuis 1975. Elle est maître en yoga accrédité par la Fédération francophone de yoga et conseillère au World Council of Yoga.
Étiquettes : Agni
Découvrez nos articles et chroniques