Yoga Santé Éducation – Expérience en milieu scolaire

Yoga Santé Éducation - Expérience en milieu scolaire

YOGA SANTÉ ÉDUCATION
Partage d’une expérience de l’auteure en milieu scolaire

Le yoga est une science au service de la vie mais aussi un art et une culture. Sa pratique régulière et progressive à la lumière de la Tradition permet une réalisation personnelle dans le sens d’un savoir être épanouissant et rayonnant.

Nous avons souvent tendance à idéaliser la période de l’enfance parce qu’elle signifie innocence, candeur, facilité, légèreté. Mais en tant qu’adulte, un jour ou l’autre, nous nous rendons compte que nous y avons tissé un grillage solide pour nous protéger de nos souffrances. C’est donc que l’enfance n’est pas une période si facile. J’envisage le yoga comme une possibilité pour l’enfant de « grandir » dans toutes ses dimensions de façon harmonieuse, de libérer les tensions inhérentes à la vie et de s’affirmer dans son individualité.

Pour les enfants, un cours de yoga c’est d’abord l’occasion de se connaître, car on y parle beaucoup de qualités et on les développe. C’est un aspect non négligeable, car l’éducation met plutôt l’accent sur le fait de corriger les défauts, nous savons tous cela.  En famille, il leur faut prendre leur place et se situer, mais « s’arranger » pour être aimés et reconnus. Ce qui signifie quelques concessions qui, à la longue, finissent par avoir raison sur l’être.

A l’école, l’enseignement même s’il comprend savoir, savoir être et savoir faire, privilégie savoir et savoir faire. Là encore l’être « en prend un coup », la sensibilité, la créativité, l’affectivité, ont peu de place dans les programmes. Dans la société, tout se complique dans la multiplication des enjeux, c’est là que tous les mécanismes se renforcent. Quand la performance intervient sur un terrain fragilisé, elle fait des ravages.

A titre indicatif, voici des situations où le yoga peut venir en aide aux enfants. Il est reconnu que le port du cartable trop chargé et la position assise en classe, peuvent avoir des effets négatifs sur leur dos. Certaines postures, pratiquées quotidiennement peuvent compenser leurs conséquences désastreuses, difficiles à contourner sur le plan pratique, en éliminant les tensions. La relaxation prend ensuite le relais pour rétablir la circulation de l’énergie. Le résultat s’exprime par un bien être physique qui a des retombées sur leur comportement.

Les techniques de respiration ont un rôle à jouer au niveau émotionnel et mental. Nous avons tous connu les bancs de l’école, le stress, la pression qui supplante souvent la motivation pour réussir, les relations pas toujours faciles avec l’enseignant et les pairs, tout un lot d’émotions dans des registres et degrés variés, une énergie qui demande à être libérée et canalisée. La respiration pratiquée selon certaines règles permet d’éliminer et d’apaiser les traces laissées par le tumulte intérieur de ces situations, incontournables elles aussi.

Le yoga comprend tout un ensemble de techniques dont la pratique permet d’harmoniser tous les aspects de l’individu. A l’échelle de l’enfant l’objectif reste le même, cependant, le programme est plus simple et à sa portée. Le travail est orienté vers le corps physique au moyen des postures (asanas), de respirations (pranayama) et de relaxation. Celui-ci favorise un développement harmonieux, renforce les os, assouplit la musculature, assure un bon équilibre postural. Sur le plan psychique, les asanas développent la concentration, la confiance en soi, la force intérieure, l’endurance, l’ouverture et la créativité. Elles lui permettent en outre d’améliorer ses capacités d’écoute, d’attention, sa concentration, sa capacité d’adaptation et son aptitude à apprendre. Enfin, elles travaillent à réaliser un équilibre psychophysique en développant la volonté, le calme, la gestion des émotions, leur maîtrise et la gestion du stress.

Le yoga pour les enfants reste une discipline mais il laisse place à la spontanéité et au jeu qui leur permettent de se ressentir, d’être avec les autres dans un mouvement qui respecte la vie. C’est une expérience positive à tous les points de vue. Il suffit de peu de temps de pratique pour que les enfants comprennent que le yoga pour eux, « c’est essentiel ».

L’enseignement de cette discipline, pour être au service de la vie de l’enfant, demande à être adapté, il doit tenir compte de sa croissance physique, de son évolution psychologique, afin de lui permettre de se construire « un esprit sain dans un corps sain ». Il devient un art en permettant à l’enfant d’exprimer ce qu’il est de manière positive par une attitude et des comportements mettant en jeu sa sensibilité, sa créativité. Il est « culture » quand il lui enseigne à établir une relation avec lui-même, une relation à l’autre et à la vie dans une atmosphère de partage où il se sent prendre sa place et être reconnu. En d’autres termes, on ne se lance pas dans cet enseignement sans un minimum de connaissances. Le professeur de Yoga doit être formé à cet enseignement spécifique.

Étant à la fois enseignante, directrice d’école et professeure de yoga, j’ai eu l’occasion d’enseigner le yoga aux enfants de 3 ans à 12 ans en des lieux variés et dans des structures différentes, durant deux décennies en France. Je peux ajouter « avec succès ». Enfants, enseignants, parents étaient tous heureux de cette initiative Pas une ombre au tableau.

De 2005 à 2007 j’ai eu l’occasion d’enseigner dans deux écoles privées à des enfants de 5 à 12 ans, dans le cadre d’une activité parascolaire. Un cours de yoga avec les enfants suit la même chronologie qu’avec les adultes. Que ce soit pour un retour au calme le midi pour laisser les fatigues et soucis de la matinée pour envisager un après-midi de classe plus confortable ou en fin de journée pour déposer les effets des tensions cumulées, l’activité de yoga est justifiée, elle a un impact essentiel sur la santé physique et mentale grâce à l’élimination des effets du stress sur ces deux plans. Nous confondons souvent leur excitation avec de l’énergie. Or, ils sont fatigués et puisent leur énergie dans les réserves nerveuses comme les adultes. Ils sont fatigués par le rythme scolaire qui demande souvent un temps d’attention et de concentration supérieur à ce qui leur est possible de donner.

La séance est mise à profit pour apprendre à « mieux respirer », se détendre, parfois aussi s’harmoniser avec le groupe. Des exercices préparatoires constituent une mise en mouvement progressive du corps et la conscience s’y promène pour approfondir le contact et la détente. Les articulations sont assouplies, la musculature échauffée, étirée, l’énergie cumulée en vue de la mise en mouvement qui suit.  Les postures viennent ensuite mobiliser l’attention sur différentes parties et de façon précise, travailler à la construction harmonieuse du corps. La communication adulte-enfants permanente ouvre sur une compréhension mutuelle.  Les tensions tombent, l’intérêt s’éveille. La confiance est là. Chaque séance se termine par une relaxation où je mets l’accent sur le ressenti, la visualisation pour garder l’intérêt, et parfois un jeu pour les plus petits qui donne une bonne idée du Yoga : un temps pour la discipline, un temps pour jouer !

Le yoga peut s’intégrer à l’école de multiples façons, entre autres par le biais d’un projet qui peut prendre différentes formes. Dans mon expérience passée, il a été inclus dans des projets comme « A l’école, je positive », « Aide aux enfants en difficultés d’apprentissage ». Ces derniers plus que les autres ont un besoin de reconnaissance, en chute libre avec l’échec scolaire. Les efforts diversifiés et considérables soutenus par les enseignants consciencieux et dévoués n’aboutissent pas toujours aux résultats escomptés. « Former des enfants chercheurs » dont un volet consistait à mieux se connaître, connaître son corps. « Education à la citoyenneté », « Vivre ensemble », en proposant des alternatives positives en réponse à des comportements difficiles tels que : agressivité, turbulence, manque d’attention. Le contexte social propulse les parents dans une dynamique de vie où ils ont peu de temps à accorder à leurs enfants, ceux-ci ont du mal à trouver leur place. Ils manquent d’attention et font tout ce qu’ils peuvent pour manifester leur existence, du bruit aux « bêtises » avec une progression et une aggravation qui suscitent bien des questions. Pourquoi le yoga ne serait-il pas une activité pour « Accompagner les apprentissages », tout simplement : pourquoi pas ? Le système scolaire exige beaucoup de l’enfant.

Pour conclure, le but dans tout cela, dois-je vous le préciser ? Plus que tout le reste, c’est de donner à l’enfant, au petit, au jeune, des outils qu’il pourra mettre à profit pour simplement être bien avec lui-même, avec les autres, réussir et finalement être heureux.

Francine Cauchy

Francine Cauchy

Francine Cauchy

Formatrice de professeur de yoga pour enfants, pour aînés et de Yoga Ayurveda, Francine Cauchy enseigne le yoga depuis 1975. Elle est maître en yoga accrédité par la Fédération francophone de yoga et conseillère au World Council of Yoga.
Découvrez nos articles et chroniques